Site Loader

La gastronomie monégasque qualifiée par les grands chefs de “cuisine du soleil” allie savamment la cuisine française provençale à Nice et la cuisine italienne. La cuisine monégasque offre donc une riche diversité de plats et de saveurs, dont la base repose principalement sur l’utilisation d’huile d’olive et de condiments, mais aussi de légumes, poissons et fruits de mer.

Dans cet article, nous allons voir 5 spécialités culinaires de Monaco.

Le Barbajuan

La Principauté de Monaco possède des spécialités en matière de cuisine influencées par ses voisins niçois, italiens et français. L’une de ces spécialités monégasques qui est le Barbajuan est un merveille de la cuisine Monaco.

Une spécialité culinaire de Monaco, ce petit rouleau farci de blettes, épinards, ricotta, parmesan râpé, oignon, poireau. Faire frire jusqu’à ce qu’ils soient dorés. La légende raconte qu’un certain M. Jean en était le créateur. Sans sauce, l’homme a décidé de faire frire les raviolis de blettes qu’il allait servir à ses invités. Face au choc de l’émotion, les animateurs ont décidé de nommer le plat «Barba Juan», littéralement «Oncle Jean» en langue monégasque.

L’Estocafic ou Stockfisch

L’Estocafic (ou estocaficada) est le nom de beaux plats préparés avec des aigles séchés. Ce plat est aussi appelé Stockfisch de Nice.

Le Stockfisch est l’un de ces plats de la cuisine Monaco que nous détestons ou aimons. En effet, il est très fort en bouche et l’odeur est également prononcée.

La coutume de cuisiner et de manger la morue séchée est originaire de Scandinavie, en particulier de Norvège. Déjà au XIIe siècle, sa consommation s’est répandue dans toute la chrétienté et l’Europe carnivore, car en plus d’apporter un soutien nutritionnel, la morue cuite à l’huile d’olive peut également être utilisée pour faire le Carême n’importe où et dans tous les cas.

Les connaissances niçoises de la morue séchée et des habitudes culinaires remontent probablement à l’époque où les navires marchands de Flandre vers la métropole maritime de la péninsule italienne étaient ancrés en mer. Sanctuaire des châteaux Nice et Villefranche sur Mer.

La Fougasse

Issue de la cuisine Monaco, la Fougasse, ou fougace, est un pain provençal contenant une croûte molle, mie épaisse et moelleuse, à base de farine blanche ou brune, de levure de boulanger et d’huile d’olive, qui peut être légèrement sucré ou garni d’oignons, d’olives noires, d’anchois et de lard. Il existe également une fougasse à sucre dans les Alpes du Sud ou à Aigues-Mortes (Gard).

Elle est assez plate, souvent sculptée en préparation pour former plusieurs branches. À l’origine, cela permettait au boulanger de s’assurer que le four à bois était à la bonne température avant de mettre son pain au four. C’était la première pâtisserie qui servait ensuite de petit-déjeuner aux apprentis boulangers.

Les Pavés du rocher

Le palais Pavés du Rocher, spécialité de la cuisine Monaco, a été créé pour commémorer les 25 ans du prince Rainier III.

Ils sont élaborés avec des ingrédients soigneusement sélectionnés: crème, lait, miel, sucre, oranges, citrons et amandes.

Celui qui dit “vacances, souvenirs, cadeaux” doit se référer aux desserts de Pavés du Rocher.

Le Pavé du Roche densément emballé est emballé dans une boîte conçue pour garder toute la fraîcheur, c’est le cadeau / souvenir parfait pour Monaco!

La Pissaladière

La pissaladière est une spécialité culinaire de la cuisine niçoise, étendue à la cuisine méditerranéenne provençale à base de pâte à pain, oignons, pissalat ou anchois, huile d’olive et petites olives noires de Nice.

Cette recette de la cuisine Monaco serait originaire de la région de Gênes en Italie, inspirée de la piscialandrea de la cuisine ligurienne du 14e siècle de la province d’Imperia en Ligurie. Le mot Pissalandrea vient de la terminologie italienne Pizza all’Andrea, ou Pizza d’Andrea. Elle est considérée comme la pizza de la Ligurie. Ce plat s’est ensuite répandu dans toute la Ligurie géographique, c’est-à-dire entre les rivières Magra et Var.